L’ENVIRONNEMENT A RAPPORTÉ 20,5 MILLIARDS D’EUROS à LA MAFIA ITALIENNE EN 2009

Le Monde avec AFP  – le 04/06/2010

Parmi les activités principales de la mafia figurent notamment la gestion des déchets et sa kyrielle d’infractions générant notamment des pollutions côtières et marines, ainsi que la fabrication de ciment de mauvaise qualité.

Manifestation contre la Camorra, la mafia napolitaine, à Naples.

Les activités de la mafia dans le secteur de l’environnement ont représenté en 2009 un « chiffre d’affaires » de 20,5 milliards d’euros, selon un rapport publié vendredi 4 juin à Rome par l’organisation italienne de défense de l’environnement Legambiente.

Selon Legambiente, la mafia de l’environnement est « la seule activité insensible à la crise, avec des bilans toujours positifs. Les déchets (y compris électroniques) et le ciment (appauvri) sont toujours en tête, mais l’activité de la mafia s’étend aussi aux centres commerciaux, au trafic d’animaux et à l’agriculture ».

57 % DES INFRACTIONS CONSTATÉES DANS CINQ RÉGIONS DU SUD DE L’ITALIE

Dans la gestion des déchets, les infractions portent sur le dépôt dans des décharges sauvages ou l’envoi vers l’Afrique ou l’extrême-Orient de parties inutilisables d’ordinateurs présentées comme des appareils en état de marche. Les infractions ont fortement augmenté en 2009 dans ce secteur des déchets (+33 %). Les atteintes à la faune ont aussi enregistré une hausse de 58 %.

roberto saviano sentire 4Le célèbre journaliste et écrivain Roberto Saviano, auteur du best-seller Gomorra, sur la Camorra, la mafia napolitaine, a estimé dans la préface au rapport de Legambiente que

« le business des déchets est devenu l’un des plus rentables au cours des années ». « Utiliser le territoire italien comme une mine dans laquelle enfouir les déchets est plus rentable que cultiver cette même terre », ajoute Roberto Saviano.

La Campanie, qui englobe Naples, est la région où se produisent le plus d’infractions (17 % du total), suivie par le Latium (12 %), qui englobe Rome, la Calabre (10 %), les Pouilles (9 %) et la Sicile (8,8 %). Ces cinq régions du sud de l’Italie (sur un total de vingt) cumulent à elles seules 57,5 % des infractions. Selon le rapport, réalisé à partir de données recueillies auprès des forces de l’ordre, les arrestations ont augmenté en 2009 de 43 %, de même que le nombre de saisies (+11 %) et de plaintes (+33 %).

UNE « HOLDING SOLIDE ET PUISSANTE »

La mafia se confirme comme « une holding solide et puissante » qui « menace gravement l’avenir du pays en soustrayant des ressources précieuses à l’économie légale », commente le président de Legambiente, Vittorio Cogliati Dezza.

« A travers leurs affaires dans le secteur de l’environnement, les groupes criminels obtiennent des bénéfices annuels supérieurs à ceux de Fiat (…) ou de Benetton », affirme Roberto Saviano, qui vit sous protection policière depuis que la mafia l’a menacé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s