LE PARLEMENT EUROPÉEN SE PRONONCE POUR LA FIN DES LAPINS EN CAGE

Le Monde – le

C’est l’animal le plus détenu en cage en Europe. Chaque année, 320 millions de lapins sont élevés pour leur viande sur le continent, et 99 % d’entre eux sont enfermés entre quatre barreaux. Mardi 14 mars, les députés européens ont voté, en séance plénière, un rapport d’initiative demandant l’élaboration de « normes minimales » pour améliorer le bien-être de ces mammifères et notamment la suppression progressive des cages. Ils ont également appelé la Commission européenne à adopter une législation spécifique sur cet élevage industriel répandu mais qui reste méconnu.

« Il existe des normes réglementaires pour protéger les porcs, les veaux, les poules pondeuses ou les poulets de chair. Mais pas une seule ne concerne la protection des lapins », a déploré devant le Parlement le rapporteur de cette résolution – juridiquement non contraignante –, l’élu allemand Stefan Eck (gauche unitaire européenne/gauche verte nordique)

« Aujourd’hui, dans l’Union européenne, les lapins sont élevés dans des conditions cruelles dans des fermes d’élevage et d’engraissement », indique le rapport d’initiative. Ces animaux passent en effet leur vie entière derrière des barreaux, dans des espaces trop étroits : ils naissent dans de petites cages grillagées hors-sol et y restent jusqu’à leur mort, soit entre 60 et 80 jours plus tard. Les lapines reproductrices sont quant à elles maintenues isolées et confinées pendant 13 à 24 mois jusqu’à leur réforme, c’est-à-dire leur abattage.

« Les cages les empêchent d’exprimer leurs comportements naturels, comme se mettre debout, faire des bonds, creuser, ronger, et leur causent des blessures et un stress permanent », dénonce Léopoldine Charbonneaux, directrice de CIWF France, l’ONG qui a lancé une vaste campagne pour mettre fin aux élevages de lapins en batterie, dévoilant à plusieurs reprises leurs « conditions de vie désastreuses ».

Tous sont par ailleurs gavés d’antibiotiques : les léporidés sont les animaux les plus exposés à ces médicaments, devant les volailles et les porcs, selon l’indicateur ALEA (Animal Level of Exposure to Antimicrobials) livré par l’Agence nationale de sécurité sanitaire, même si ce chiffre baisse depuis quelques années.

Systèmes de parcs

La résolution, qui appelle à limiter l’usage des médicaments, demande surtout d’éliminer progressivement – sans date butoir toutefois – l’élevage de lapins en batterie pour « s’orienter vers d’autres méthodes d’élevage telles que les systèmes de parcs qui prévoient un espace suffisant par lapin et dans lesquels les lapins peuvent être élevés en groupes ». Les éleveurs procédant à cette reconversion devraient recevoir un soutien dans le cadre de la politique agricole commune, enjoint le texte.

« C’est une victoire formidable, un changement de paradigme. Ce combat était difficile car les lapins sont souvent associés aux clapiers. Mais les cages sont bien pires. Nous nous réjouissons que le texte parle de leur fin progressive et non de leur aménagement, se félicite Léopoldine Charbonneaux, qui avait remis aux ministres européens de l’agriculture une pétition de 600 000 signatures en ce sensC’est un signal fort que la Commission ne peut ignorer. »

L’exécutif européen n’a aucun projet en ce sens, a toutefois indiqué dans l’hémicycle la commissaire chargée des consommateurs, Vera Jourova. Les lapins, a-t-elle rappelé, sont déjà protégés par une directive du Conseil concernant l’ensemble des animaux dans les élevages, datant de 1998. En outre, « la Commission est d’avis que les Etats membres concernés sont les mieux placés pour gérer les problèmes relevant de la production de lapins« , a-t-elle ajouté.

La plupart des Etats membres ne disposent pas de législation spécifique, à l’exception de l’Autriche et de la Belgique, qui ont récemment interdit les cages en batterie en faveur des parcs, ou de l’Allemagne et du Royaume-Uni, qui ont amélioré la législation sur le bien-être de ces animaux« Ce sont des pays qui ont une très faible production cunicole. Très peu de députés européens étaient au final concernés par ce texte », remarque Dominique Le Cren, directrice du Comité lapin interprofessionnel pour la promotion des produits français (Clipp).

Chute de la consommation

L’Union européenne est le 2e producteur mondial de viande de lapin (derrière la Chine), provenant à 80 % de l’Espagne, de l’Italie et de la France. L’Hexagone en élève 37 millions pour leur chair chaque année, essentiellement dans l’ouest du territoire. Un chiffre élevé, pour une consommation en réalité très faible : 55 000 tonnes, soit à peine 1 % de la viande engloutie chaque année par les Français. Surtout, cette part chute de façon continue au fil des années (– 10 % en 2015, – 2 à 3 % en 2016), en particulier chez les jeunes.

« C’est une viande qui présente un frein à l’usage : elle pâtit de l’image d’un produit qui nécessite d’être mijoté, alors qu’on peut le cuisiner vite, même au quotidien, assure Dominique Le Cren. Mais il est vrai que les filets déjà désossés sont plus chers à l’achat que d’autres viandes. » Le rapporteur allemand Stefan Eck, lui, voit davantage un « boycott de la viande de lapin par les consommateurs car les souffrances animales infligées dans les élevages sont désormais connues ».

L’interprofession française se dit « pas opposée à des évolutions » mais appelle à « ne pas aller trop vite en supprimant les cages, qui présentent des avantages ». « Le système des parcs n’est pas encore abouti, et peut engendrer des risques de blessures pour les lapines lors de la mise-bas et de la lactation, car elles sont soumises à l’agressivité de leurs congénères, soutient Dominique Le Cren. Surtout, ils sont préjudiciables à la pérennité de notre filière. Ils entraînent un surcoût de l’ordre de 30 % pour l’éleveur, qui se répercute sur le prix de la viande. Or, nous n’avons pas l’assurance que les consommateurs sont prêts à le payer pour le bien-être animal. » Les 1 200 éleveurs français professionnels « ont peu de moyens, et une capacité d’investissement faible », assure-t-elle.

« Il est intéressant d’investir aujourd’hui dans un système qui a toutes les caractéristiques pour répondre aux attentes des consommateurs de demain, juge de son côté Amélie Legrand, chargée des affaires agroalimentaires pour le CIWF. Il faut aussi savoir expliquer ces choix aux consommateurs afin qu’une éventuelle répercussion sur le prix d’achat puisse être mieux comprise et acceptée. » Pour les poules pondeuses, comme pour les lapins, l’ère sans cage débute dans les foyers.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s