SUR LES TRACES DE LA RADIOACTIVITÉ à FUKUSHIMA : VISUALISEZ L’IMPACT SUR DES OBJETS DU QUOTIDIEN

LE MONDE | 11.03.2017

Six ans après le séisme, le travail d’un photographe japonais rend visible « l’invisible » de la catastrophe nucléaire : les radiations sur l’environnement et les personnes.

Nettoyer pour oublier. Tel semble être l’objectif de la vaste opération de décontamination lancée après la catastrophe nucléaire de Fukushima de mars 2011. Le projet a mobilisé et mobilise toujours des milliers de travailleurs pour des travaux simples mais fastidieux, à savoir retirer cinq centimètres de terre, élaguer les arbres et laver au nettoyeur haute pression plus de 600 000 maisons et bâtiments, ainsi que 120 000 hectares de terres agricoles.

Ci-dessous : brosse d’un balai retrouvé à Tomioka (préfecture de Fukushima), en 2016. Le taux de radiation s’élève à 500 coups par minute. Les zones les plus claires sont les plus radioactives.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’objectif est de ramener les taux d’exposition à 1 millisievert par an dans les zones d’habitation et de culture et de permettre ainsi le retour des 80 000 personnes contraintes ou ayant choisi de quitter les zones d’ordre ou de conseil d’évacuation.

Botte recueillie à Namie (préfecture de Fukushima), en 2013. Le taux de radiation s’élève à 255 coups par minute. Les zones les plus claires sont les plus radioactives.

Pour autant, l’efficacité de l’opération, qui pourrait générer 22 millions de tonnes de déchets, reste discutée. Les intempéries déplacent les substances radioactives accumulées dans les montagnes et les forêts. Il faut parfois recommencer les travaux. Et les zones qui ne sont ni résidentielles ni agricoles restent contaminées, ce qui a eu une influence sur les traditions locales. « On ne va plus ramasser des herbes dans la forêt au printemps, regrette Kenji Kusano, du Centre des technologies agricoles de Fukushima. Je vais dans le département voisin de Yamagata pour cela. » Les champignons, le gibier et les poissons de rivière restent contaminés.

Plume recueillie à Namie (préfecture de Fukushima), en 2012. Le taux de radiation s’élève à 70 coups par minute par endroits. Les zones les plus claires sont les plus radioactives.Se pose également la question du devenir des produits de cette décontamination. Placés dans des sacs spéciaux par les travailleurs, ils font ensuite l’objet d’une mesure des radiations puis sont rassemblés dans des centres de stockage.

D’après la loi, ils devront ensuite être transférés dans deux immenses centres à Futaba et Okuma, les deux municipalités sur lesquelles se trouve la centrale endommagée et qui restent totalement évacuées. Mais ce projet prend du temps, notamment, explique le gouverneur de Fukushima Masao Uchibori, car « nous n’avons pas encore convaincu tous les propriétaires de céder leurs terrains ». Seuls 26,8 % d’entre eux avaient donné leur accord en janvier. Tout juste 134 000 tonnes avaient été transférées.

Puis, toujours selon la loi, après trente ans, l’ensemble des produits de la décontamination devront être déplacés sur un site définitif hors du département de Fukushima. « Pour l’instant, rien n’est fixé », admet le ministre de la reconstruction Masahiro Imamura.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s