SUR NOTRE-DAME-DES-LANDES, LE GOUVERNEMENT LANCE UNE MÉDIATION à L’ISSUE INCERTAINE

LE FIGARO – le 18/05/2017

Emmanuel Macron, Édouard Philippe et Nicolas Hulot ont tous les trois fait valoir le respect du «oui» exprimé lors de la consultation de juin 2016 sur le projet de nouvel aéroport. Mais derrière cette posture commune, les positions diffèrent, laissant penser qu’un abandon est possible à l’issue de la médiation annoncée jeudi.

La réaction des pro-aéroport n’a pas tardé. Moins d’une heure après l’annonce de la composition du gouvernement d’Édouard Philippe, mercredi, le collectif qui réunit les collectivités et associations favorables au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes a publié un communiqué relatif au projet. «Emmanuel Macron, Édouard Philippe et Nicolas Hulot ont tous confirmé vouloir lancer les travaux de l’Aéroport du Grand Ouest. Une bonne nouvelle pour les régions de l’Ouest et également pour la démocratie», se félicite le Syndicat mixte aéroportuaire (SMA). Le président, le premier ministre et le ministre de la Transition écologique ont en effet exprimé leur souci de faire respecter les décisions prises. Sur le fond du dossier, pourtant, tous les trois ont un avis différent. L’issue de la médiation annoncée jeudi par le premier ministre reste par conséquent incertaine.

Une volonté affichée de faire respecter le «oui»

• Emmanuel Macron n’a pas exprimé d’opinion tranchée sur le fond du dossier, comme nous le rappelions avant le second tour. Il a cependant critiqué la gestion d’un projet «très mal emmanché» et qui «relève d’un modèle qui n’a sans doute plus cours aujourd’hui». S’il l’avait pu, il aurait souhaité le «remettre à plat» et en «questionner les fondamentaux économiques et les principes». Mais la tenue d’une consultation locale en juin 2016 a changé la donne. «Sur ce sujet, vous ne pouvez pas décider que la voie démocratique n’a aucun sens», faisait valoir Emmanuel Macron en tant que candidat. Il confirmait le 5 avril: «Il y a eu un vote. Mon souhait est de le respecter et de faire l’aéroport.»

Édouard Philippe n‘a pas détaillé sa position vis-à-vis du nouvel aéroport. Lors de la primaire de la droite, il était le porte-parole d’Alain Juppé, lui-même favorable au projet. Interrogé à ce titre par Franceinfo en octobre 2016, le futur premier ministre disait espérer un début des travaux «avant mai ou juin 2017», c’est-à-dire sous le mandat de François Hollande. «On a le droit d’être contre l’aéroport», soulignait-il, mais «la question fondamentale que pose Notre-Dame-des-Landes est une question beaucoup plus large que l’aéroport à cet endroit». À savoir: «Comment est-ce qu’en France, on fait passer une décision?» Édouard Philippe concluait sur la nécessité de porter à bien un projet validé politiquement et juridiquement: «Une fois que la décision est politiquement prise, une fois que les juges se sont prononcés en disant: “On peut le faire”, il faut la mettre en œuvre. Sinon vous ruinez le système.»

• Nicolas Hulot, à la différence du président et du premier ministre, a très clairement exprimé son opposition au projet. «Notre-Dame-des-Landes est un investissement archaïque», affirmait-il en 2012, jugeant «affligeant qu’au XXIème siècle, on envoie des forces de l’ordre face à des jeunes et des paysans qui se battent contre ce projet». «Ce projet de nouvel aéroport est vicié, gangrené. Il porte en lui les racines de la discorde. Jamais il ne se fera dans les conditions actuelles», écrivait-il dans une tribune trois ans plus tard, dans le contexte de la COP 21. À l’annonce de la consultation locale, sa fondation avait appelé «à renoncer à un projet surdimensionné plutôt que d’aller vers une consultation inutile». Deux mois plus tard, il s’était dit «profondément attristé» que la Loire-Atlantique ait placé le «oui» en tête lors de la consultation, organisée «en dépit du bon sens». Toutefois, «on ne peut pas demander d’aller voter et après, si le résultat ne nous plaît pas, ne pas en tenir compte. En ce qui me concerne, je m’incline», avait-il affirmé, concluant donc que le «oui» devait être respecté.

Une médiation aux conséquences incertaines

Emmanuel Macron et Nicolas Hulot ont par ailleurs tout deux défendu l’idée d’une médiation: «Donnons-nous du temps pour écouter sincèrement les arguments, y compris économiques, et nommons un médiateur qui soit une autorité incontestable», défendait l’écologiste en 2012. Une commission de dialogue avait par la suite été mise en place par le gouvernement Ayrault et avait conclu à l’utilité du projet. Cinq ans plus tard, ce n’est pas autre chose que défendait Emmanuel Macron: «Je vais nommer un médiateur pour six mois maximum pour faire baisser la pression», annonçait-il le 5 avril.

La position du futur chef de l’État sur les suites à apporter à cette médiation a cependant varié. Devant l’ONG écologiste WWF, il s’était montré ouvert à la modernisation de l’actuel aéroport et avait exclu une évacuation de la ZAD dans la «brutalité. Sur France 2, le 5 avril, il mentionnait en revanche une issue claire: «Si je n’arrive pas à convaincre, je ferai respecter les choses. Je prendrai mes responsabilités et je ferai évacuer la zone.»

Jeudi matin, le premier ministre a souligné que la médiation permettrait «d’étudier l’ensemble des options», laissant entendre qu’aucune issue n’est à écarter. De quoi laisser certains penser à un abandon possible du projet. Pour l’ancien ministre et directeur du WWF Pascal Canfin, «l’aéroport ne se fera pas avec Nicolas Hulot». «Nicolas Hulot va nommer un médiateur mais celui-ci aura uniquement pour rôle de trouver une alternative à Notre-Dame-des-Landes», a-t-il affirmé sur France Inter. Sylvain Fresneau, agriculteur «historique» de la ZAD, a lui aussi expliqué à BFMTV avoir du mal à imaginer que le ministre ne remette pas en cause le projet. «Si un écologiste comme lui dit “Ok, il faut bétonner 550 hectares de terres humides”, je ne comprendrais pas. Il y aurait un non-sens.» Seule certitude à ce stade: le gouvernement se donne six mois maximum pour trancher.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s