L214 DÉNONCE LES MÉTHODES DE GAZAGE DES COCHONS

PÉTITION

Le Figaro – le 08/06/2017 :

XVMb216837e-4c50-11e7-9fe8-035f9d604401L’association anti-abattoirs dénonce cette fois la méthode d’étourdissement des porcins par asphyxie au CO2, une méthode «longue et douloureuse». Cette diffusion intervient alors que deux militants sont convoqués lundi au tribunal après avoir été arrêtés alors qu’ils venaient récupérer ces mêmes images.

Un peu plus d’une semaine après avoir alerté sur les conditions d’un élevage de poules en Vendée, l’association L214 dégaine une nouvelle vidéo dénonçant le «gazage» de cochons dans un élevage porcin à Houdan, dans les Yvelines. L’organisation qui milite contre la maltraitance et l’exploitation animales a choisi de diffuser ces nouvelles images alors que doit débuter, lundi, le procès de deux militants jugés pour avoir pénétré par effraction dans l’établissement afin de les obtenir.

En décembre 2016, deux militants de L214, dont son cofondateur Sébastien Arsac, avaient été interpellés de nuit dans cet abattoir des Yvelines alors qu’ils venaient récupérer les caméras filmant l’endormissement au CO2 des porcs avant abattage. Les deux militants sont convoqués lundi devant le tribunal correctionnel de Versailles, pour «violation de domicile» et «tentative d’atteinte à la vie privée par fixation, enregistrement ou transmission de l’image».

L’association a déjà diffusé, en février, des premières images tirées de cette opération. Elles montraient des porcs obligés d’avancer dans un couloir étroit par un employé muni d’un battoir et d’un pistolet électrique. L’organisation avait porté plainte pour «maltraitance» contre l’abattoir de Houdan auprès du tribunal de grande instance de Versailles. Une enquête est en cours.

Une méthode d’étourdissement longue et douloureuse

Cette fois, cette nouvelle vidéo commentée par l’humoriste Guillaume Meurice montre l’étape de l’endormissement au CO2. Elle est filmée à l’aide d’une GoPro – une caméra portative et résistante – «placée à l’intérieur même d’une des nacelles de gazage», précise L214. Les images donnent à voir la longue agonie de deux cochons plongés dans le puits de dioxyde de carbone. Ils restent pleinement conscients pendant plusieurs minutes, tentant visiblement par tous les moyens de s’enfuir ou de respirer.

Les images montrent la longue agonie de deux cochons plongés dans le puits de CO2.

L’association fustige «une méthode d’étourdissement systématiquement longue et douloureuse pour les cochons». De façon générale, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) recommande que dans ce type de procédés, le gaz ou mélange de gaz utilisés ne soient pas «désagréables» et que la durée de l’exposition soit «assez longue pour entraîner la mort de l’animal». Surtout, dans le cas de Houdan, souligne L214, «la configuration particulière de la machine utilisée allonge encore la durée de l’asphyxie des cochons».

L’association interpelle sur ce point le ministre de l’Agriculture, Jacques Mézard, en s’appuyant sur UNE  PÉTITION demandant l’abandon de cette méthode. Elle l’est encore dans six abattoirs français, souligne L214.

Le directeur de l’établissement nie tout manquement

«Notre machine à CO2 est en règle, elle a été homologuée avec l’aide de l’association de protection animale OABA (Oeuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir)», a réagi jeudi le directeur de l’abattoir de Houdan, Vincent Harang. «Mais il faut savoir que l’endormissement au CO2 ne sera jamais instantané», a insisté auprès de l’AFP l’abatteur. «Je suis prêt à discuter et je veux bien tout changer, mais ça coûte 300.000 euros», lance-t-il, en référence au sujet d’un éventuel passage à l’étourdissement électrique. «Que L214 me fasse un don et je change ma machine!»

L’association réaffirme de son côté, à l’approche de l’audience, «la légitimité de son action en vertu du droit d’informer». La diffusion de cette nouvelle vidéo intervient par ailleurs deux jours avant la Marche pour la fermeture des abattoirs, organisée à l’initiative de l’association.

L214 a publié depuis 2013 plus d’une dizaine de vidéos montrant notamment des dysfonctionnements dans des abattoirs à travers la France, dans le but affiché de «démontrer l’impact négatif de la consommation de produits animaux».


LE MONDE | 08.06.2017: 

L’association L214 dénonce l’étourdissement des animaux par asphyxie. Deux de ses membres comparaîtront le 12 juin devant la justice.

Les images sont glaçantes. On y voit des cochons chercher de l’air pendant d’interminables secondes tout en poussant des cris stridents, avant de s’effondrer, inertes.

(…) L’association L214, qui diffuse cette nouvelle vidéo, jeudi 8 juin, demande l’interdiction d’une pratique qui entraîne de « graves souffrances pour les animaux », en provoquant « réactions de fuite, hurlements, convulsions, détresse respiratoire… ». L’ONG, qui lutte contre la fin de toute exploitation animale, publie ces images

40 secondes de panique

(…) « Cette vidéo montre la réalité du gazage, qui est une monstruosité, dénonce Sébastien Arsac. On ne pourra plus évoquer l’image réconfortante des cochons qui s’endorment avant d’être saignés. Ils vivent au contraire un cauchemar éveillé. » Si cette pratique est légale, il estime qu’elle « contrevient au principe de l’étourdissement des animaux, qui doit les plonger dans l’inconscience avant leur mort et non les faire souffrir ».

Selon les calculs de l’association, les cochons attendent entre 35 et 40 secondes, dans la panique et les convulsions, avant de sombrer. Le système employé est tel que les porcs ne peuvent pas être immédiatement étourdis : il faut imaginer un « manège » avec sept nacelles, qui marquent un arrêt à chaque fois que deux cochons montent à bord. De sorte que les animaux mettent plus d’une demi-minute avant d’atteindre le fond de la fosse, là où la concentration de CO2 est de 90 %, le niveau nécessaire pour les étourdir rapidement.

Le PDG de l’abattoir de Houdan, Vincent Harang, qui « traite » quelque 140 000 porcs par an, réfute ces chiffres. « C’est sûr, l’endormissement de l’animal n’est pas instantané. Mais il se produit au bout de 10 à 20 secondes en moyenne », affirme-t-il au Monde. « Pour aller plus vite, poursuit-il, il faudrait revoir les machines et il y en aurait pour 300 000 euros ».

Soulignant que son installation est « agréée et homologuée », il défend le procédé du gazage. « Avec des méthodes d’étourdissement électriques, explique-t-il, les animaux deviennent durs comme du béton, tous leurs muscles se tendent et ils présentent parfois des fractures, tant le choc est violent. La saignée est alors beaucoup plus difficile. Avec le CO2, le corps est relâché et le personnel peut opérer dans de bien meilleures conditions. Du reste, les abattoirs du nord de l’Europe procèdent de cette façon. »

4,3 millions de cochons concernés

Cette pratique n’est utilisée que par six abattoirs en France, sur les 157 qui tuent des porcs. Mais comme trois d’entre eux sont de taille importante (notamment un des ateliers de découpe de la société Kermené dans les Côtes-d’Armor, qui fournit Leclerc), la méthode concerne malgré tout 4,3 millions de cochons sur les 24 millions tués par an, soit 18 %.

La majorité (82 %) sont étourdis par une autre technique, celle de l’électronarcose, avec laquelle un courant électrique traverse le cerveau des animaux. L’étourdissement, s’il est bien pratiqué, est instantané.

Mais selon l’Institut national de recherche agronomique (INRA), on observe de 13 % à 14 % d’échecs sur les cochons, dus notamment à des problèmes de positionnement des électrodes. « Dans le cas du gazage, c’est pire : c’est 100 % des animaux qui souffrent », note Sébastien Arsac.

Pourquoi alors utiliser le gazage ? Le mouvement est parti de l’Europe dans les années 1990. Les pays du Nord (Allemagne, Danemark, Hollande) se sont massivement dotés de puits à CO2, la Commission européenne poussant en faveur de cette technologie.

« Les experts la jugeaient plus acceptable car moins violente que l’électricité », explique un spécialiste de la filière porc, qui ne veut pas être cité. Parmi les autres arguments évoqués : des gains de coûts pour les grosses structures et une plus grande facilité pour conduire les cochons vers les postes d’étourdissement dans la mesure où ils restent en groupe.

« Grande souffrance »

En France, de nombreux professionnels n’ont pas voulu adopter cette méthode en raison du coût de l’investissement (1,5 million d’euros), mais aussi de sa complexité et des atteintes au bien-être animal. « Le CO2 est un gaz aversif [provoquant une réaction d’évitement ou de retrait de l’animal] qui, pendant les 15 à 20 secondes que dure l’inhalation, plonge l’animal dans une grande souffrance jusqu’à la phase d’induction, où il bascule dans l’inconscience », reconnaît Pierre Frotin, ingénieur à l’Institut de la filière porcine, cité par le rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur les abattoirs.

Depuis le scandale de l’abattoir d’Alès (Gard), en octobre 2015, qui avait déjà alerté sur le sort de cochons agonisant sous l’effet du gaz, la filière s’interroge : doit-elle abandonner cette méthode d’étourdissement ?

La question n’est pas tranchée. Le ministère de l’agriculture, dans son plan d’action prioritaire en faveur du « bien-être animal », indique « soutenir les recherches de techniques alternatives (alternative au CO2 notamment) ». Jeudi 8 juin, L214 a adressé au nouveau ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Jacques Mézard, une lettre réclamant « l’interdiction de l’étourdissement des cochons au CO2 ».

Dès 2004, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) avait pointé le « problème du bien-être [animal] » posé par cette technique. Le sujet avait également fait débat lors du vote de la proposition de loi du député de Charente-Maritime Olivier Falorni sur les abattoirs, en janvier. L’Assemblée nationale avait rejeté les amendements qui demandaient l’interdiction du gazage mais elle avait voté la remise d’un rapport sur le sujet dans les six mois. Le texte n’a pas encore été voté par le Sénat. Il reviendra aux futurs parlementaires de se saisir du dossier.’

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s